Navigation et outils annexes

Notice descriptive Export PDF

Désenclavement du Cantal - Les besoins du département du Cantal en matière de transport

Auteurs physiques : 
Date du document final : 
juin 2013
Télécharger : 
Source bibliographique : 
Paris : Conseil général de l'environnement et du développement durable, juin 2013.- 31 p.
Résumé : 

La mission estime que le Cantal se trouve dans une situation d'éloignement des pôles d'attractivité régionaux et nationaux. Elle considère que le cas particulier de l'agglomération d'Aurillac, se trouvant à environ lh30/2h de transport de Clermont-Ferrand, Brive, Cahors, Rodez et Saint-Flour, doit être distingué de celui des autres villes. Elle estime limitées les possibilités de réduction des temps de parcours actuels, à des conditions techniques et financières soutenables. Elle préconise de poursuivre l'aménagement de la RN122. Des aménagements sur le réseau départemental sont aussi de nature à participer à l'amélioration des liaisons internes et des relations avec les départements voisins. Le principal enjeu qui ressort de l'analyse est le maintien de la liaison aérienne entre Aurillac et Paris, qui pourrait être complétée par un aller-retour en milieu de journée. Depuis la fermeture du service ferroviaire direct de nuit, cette liaison est vitale pour Aurillac et le Cantal. La mission rappelle que la réponse à la situation de relatif isolement physique du Cantal ne peut se limiter aux infrastructures de transport. Elle suggère l'engagement d'une démarche associant tous les acteurs locaux et permettant d'identifier les options de développement et de positionnement du département dans son environnement. Situé au coeur du Massif Central, le département du Cantal se situe de fait en marge des grandes voies de communication terrestres. Excepté Saint-Flour, l'accessibilité au reste du département et notamment à Aurillac, n'a pas été sensiblement améliorée ces dernières décennies, Cet état de fait est en grande partie à l'origine de l'appréciation d'enclavement du département portée par les acteurs locaux, mettant en avant un éloignement des lieux d'intérêt extérieurs au département. Les possibilités de réduire sensiblement les temps de liaison par l'amélioration des infrastructures de transport actuelles, ferroviaires ou routières, sont très limitées et d'un coût difficilement compatible avec les capacités financières des pouvoirs publics, excepté pour la RN122 (ancienne route de Toulouse à Clermont-Ferrand) en région Auvergne et en région Midi-Pyrénées avec la mise en oeuvre effective du plan de modernisation de l'itinéraire. Mais l'enjeu le plus important pour la mission est le maintien des deux liaisons aériennes quotidiennes avec Paris. Par ailleurs, elle estime nécessaire de resituer les besoins en matière de déplacement dans le contexte plus large des choix d'orientation souhaités pour un développement durable du Cantal. Une réflexion collective pourrait être menée localement sur ce thème avec l'ensemble des principaux acteurs publics et privés concernés.

N° d’affaire : 
008289-01