Navigation et outils annexes

Notice descriptive Export PDF

Evaluation du plan national d’adaptation au changement climatique (PNACC)

Télécharger : 
Source bibliographique : 
Paris : Conseil général de l'environnement et du développement durable, nov. 2015.- 203 p.
Résumé : 

La mission d’évaluation du premier plan national d’adaptation au changement climatique (PNACC, 2011-2015) devait permettre de disposer des enseignements tirés de ce travail en vue de la COP 21. La France fait partie des pays pionniers de l’Union européenne dans ce domaine. Son PNACC est considéré comme un modèle car il a été élaboré en cohérence avec la stratégie nationale d’adaptation et avec le concours de trois groupes de concertation. Plan de l’État assorti de mesures de niveau national, il vise à entraîner la sphère privée. Sa mise en oeuvre est satisfaisante, les trois quarts des mesures prévues sont réalisées ou engagées. Même si elles ne peuvent pas être attribuées exclusivement au PNACC, des avancées significatives ont été enregistrées. L’adaptation a été prise en compte dans plusieurs outils de planification ou des outils réglementaires, tandis que les documents d’urbanisme ou de planification ont commencé à intégrer les schémas de continuité écologique ou les objectifs de développement de villes résilientes. Le littoral a été doté d’un schéma de gestion intégrée du trait de côte et les schémas de massifs montagneux ont prévu des actions d’adaptation. Ces avancées devraient être confortées dans un second plan couvrant la période 2017-2021. Il viserait un triple objectif: poursuivre, voire pérenniser, les actions de fond engagées; les décliner au niveau territorial en concertation avec les régions et les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI); entraîner la sphère économique autour de filières prioritaires. Pour soutenir ces démarches, un centre de ressources sur l’adaptation au changement climatique devrait être constitué. Enfin, pour remédier au défaut de pilotage stratégique du premier plan, la mission préconise que la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) assure le pilotage opérationnel stratégique tandis que le Commissariat général au développement durable (CGDD) veillerait à l’orientation et au suivi stratégiques du plan, en liaison avec le Conseil national de la transition écologique (CNTE). Une fonction de délégué interministériel à l’adaptation au changement climatique pourrait être créée et exercée par le DGEC.

Lieu : 
N° d’affaire : 
010178-01