Navigation et outils annexes

Notice descriptive Export PDF

Financement d'une première phase de l'électrification de la ligne ferroviaire Paris-Troyes

Auteurs physiques : 
Date du document final : 
mai 2015
Télécharger : 
Source bibliographique : 
Paris : Conseil général de l'environnement et du développement durable, mai 2015.- 111 p.
Résumé : 

La ligne, partie de l’axe Paris - Bâle, n’est électrifiée que de Paris à Gretz-Armainvilliers (77). La mission de concertation avec les collectivités territoriales intéressées visait, d’une part à identifier une première phase de réalisation de l’électrification de toute la ligne ferroviaire Paris - Troyes s’inscrivant dans les enveloppes financières envisageables pour les contrats de plan État-région (CPER) 2015-2020, d’autre part à déterminer ses modalités d’engagement. Une enveloppe de 100 millions d'euros comprenant une part État de 40 millions a été proposée pour réaliser cette première phase destinée à affirmer le caractère irréversible de l’électrification de la ligne. Les représentants de l’Île-de-France n’entendent pas remettre en cause les engagements pris lors des protocoles antérieurs. Les élus de Champagne-Ardenne ont considéré que les perspectives énoncées apparaissent en retrait par rapport aux engagements antérieurs de l’État. Deux scénarios, impliquant un financement supérieur à celui prévu, ont été retenus. Le premier, dit "Provins enrichi" prévoit uniquement l’électrification du tronçon situé en Île-de-France. Afin que ce scénario soit acceptable par les élus de Champagne-Ardenne qui cofinancent ce projet, des travaux complémentaires devront être réalisés. Le deuxième scénario dit "Nogent" permet de poursuivre l’électrification en territoire champardennais jusqu’à Nogent-sur-Seine, et inclut des travaux préparatoires de la deuxième phase à Romilly-sur-Seine et Troyes. Des deux hypothèses, seule la seconde apparaît comme susceptible de recevoir l’adhésion des élus de Champagne-Ardenne car elle garantit un déroulement de l’électrification jusqu’à Troyes. Le portage financier du surcoût a fait l’objet d’une proposition de préfinancement, par les collectivités contributrices de l’augmentation, de la part État.

N° d’affaire : 
010187-01