Navigation et outils annexes

Notice descriptive Export PDF

La pollution de l'air dans le secteur de l'étang de Berre

Auteurs physiques : 
Date du document final : 
févr. 2018
Télécharger : 
Source bibliographique : 
Paris : Conseil général de l'environnement et du développement durable, février 2018.- 75 p.
Résumé : 

La zone de Fos-Etang de Berre (département des Bouches du Rhône), lieu de concentration industrielle la plus importante de France, est une des zones de pollution de l’air, cumulant pollutions d’origine industrielle, résidentielle (320 000 personnes) ou liée aux transports. La situation sanitaire sur cette zone conduit à une surreprésentation de certaines pathologies. L’étude FOS-EPSEAL, aux résultats rendus publics début 2017, a reposé sur une enquête participative auprès des habitants de deux communes, invités à déclarer les maladies les affectant. En parallèle de la mission du CGEDD, Santé publique France a rendu un avis sur la méthodologie retenue par cette étude. La pollution de l’air, mise en cause dans la situation sanitaire du pourtour de l’étang de Berre, est liée à l’importance du secteur industriel. A ce contributeur majoritaire des émissions pour les différents polluants tels les composés organiques volatils et les particules, s’ajoutent le transport ou la combustion de la biomasse. Malgré une amélioration favorable de la qualité de l’air à la suite des mesures prises pour la réduction des émissions des pollutions, le cumul de l’inquiétude de la population et du niveau de pollution justifient que les pouvoirs publics poursuivent leur action de réduction des pollutions. La mission recommande de donner une visibilité accrue à un nouveau plan d’action pour la réduction de la pollution de l’air et la prise en compte des questions sanitaires. Ce plan concerté dans ses élaboration et suivi, prendra en compte les diverses études des risques sanitaires disponibles, ayant permis d’évaluer l’impact potentiel des activités polluantes. Le niveau de risque restant préoccupant pour certains polluants tels les composés organiques volatils et les particules. La mission considère que si les actions engagées pour réduire les pollutions répondent bien aux défis de la situation, la priorité doit être accordée à l’ozone et aux particules fines et ultrafines. Le plan de protection de l’atmosphère (PPA) progresse sauf pour les particules (émises par l’industrie, la combustion du bois et les transports). La mise en place d’un programme territorial en santé environnement dans le cadre du Plan régional-environnement (PRSE) n°3, récemment adopté serait une initiative positive. Concernant le secteur industriel, l’effort est à poursuivre sur la réduction des émissions des plus gros émetteurs.

Domaines : 
N° d’affaire : 
011104-01