Navigation et outils annexes

Notice descriptive Export PDF

Mission d'expertise sur la stratégie urbaine de Roubaix au sein de la métropole de Lille

Date du document final : 
juin 2018
Télécharger : 
Source bibliographique : 
Paris : Conseil général de l'environnement et du développement durable, juin 2018.- 82 p.
Résumé : 

La ville de Roubaix qui subit depuis plus de 40 ans les conséquences de la fin de l’industrie textile est l’une des plus pauvres de France. Malgré les centaines de millions injectés dans les programmes de rénovation urbaine, les écarts de revenus au sein de la métropole européenne de Lille ne cessent de s’accentuer au détriment de Roubaix. Forte de sa tradition industrielle, la ville continue d’attirer l’installation d’entreprises innovantes, mais les créations d’emplois correspondantes ne bénéficient pas aux habitants. Elle est riche de projets, mais ceux-ci entrent en concurrence entre eux et avec ceux des communes voisines ou ceux de la ville de Lille. De plus, elle est handicapée par une abondance de sites abandonnés, souvent en friche, ainsi qu’un grand nombre de logements et de commerces vacants. La démarche Territoire de projets du versant nord-est de la métropole, qui s’étend sur les trois communes de Roubaix, Tourcoing, Wattrelos et celle de Mouscron en Belgique, est prometteuse. À terme, le rapprochement des communes du versant Est devrait faciliter l’émergence d’un second pôle de centralité pour la métropole européenne, affiché, mais pas réellement constitué à ce jour, et, ce faisant, une stratégie mieux équilibrée en son sein, stratégie qu’il s’agit de structurer et de valoriser. La mission invite les pouvoirs publics à changer d’ambition pour les quartiers anciens et à y mener des opérations de restructuration massive, dotées des moyens correspondants. Il convient de se saisir de l’élaboration du plan guide dont les résultats devaient être présentés fin 2018, pour établir un programme coordonné et ambitieux à la hauteur des enjeux du territoire. En ce qui concerne les friches et dans le contexte de décroissance urbaine dont la municipalité a pris acte, la mission encourage vivement à une gestion transitoire, voire durable de certains terrains dans la perspective du concept de ville nourricière : jardins familiaux ou partagés, fermes urbaines qui seraient de nature à contribuer au façonnage d’une nouvelle identité de Roubaix et à redonner de la fierté aux habitants. Compte-tenu des enjeux portés par le territoire roubaisien, un dispositif exceptionnel de mobilisation de l’ensemble des politiques publiques (incluant l’éducation, la formation, la sécurité, la santé notamment) devrait être mis en place, lequel pourrait être étudié par une mission interministérielle complémentaire à celle du CGEDD. En priorité, un outil pro-actif d’intermédiation en matière d’offre et de demande d’emploi devrait être déployé. Une réflexion sur la fiscalité locale, assurant discrimination positive à l’égard de la ville, pourrait également être engagée. Après une période marquée par l’arrivée du métro, l’aménagement du centre-ville et d’autres aménagements urbains attractifs, la crise de 2008 a replongé la commune dans des difficultés considérables. Étant à juste titre considérée par les partenaires publics comme prioritaire, la commune aurait néanmoins pu bénéficier d’interventions financières plus soutenues en matière de rénovation urbaine. La gouvernance doit être redéfinie et organisée afin d’assurer sur le long terme une prise en compte prioritaire réelle et efficace de Roubaix au sein de l’ensemble des territoires urbains, dans une stratégie métropolitaine bénéficiant d’un portage politique fort et pérenne. Ceci implique la négociation d’une contractualisation globale impliquant l’État, la métropole et la région, accompagnée de la mise en œuvre d’un dispositif de pilotage et d’évaluation, ainsi que d’outils exceptionnels : grande opération d’urbanisme (GOU) et opération de revitalisation du territoire (ORT) dont la création est prévue dans le projet de loi Elan. L’objectif est que l’ensemble des parties prenantes s’engagent autour d’un pacte puissant et équilibré, dont le portage incombe en premier lieu à la Métropole européenne de Lille. Enfin, les différents outils préconisés nécessitent d’être articulés entre eux en prenant pour point de départ les projets envisagés dans le cadre du nouveau programme national de rénovation urbaine (NPNRU). Leur mise en œuvre pourrait s’échelonner entre la fin de l’année 2018 et le début de l’année 2020.

N° d’affaire : 
011438-01