Navigation et outils annexes

Notice descriptive Export PDF

Retour d’expérience de la prévision de trafic dans les transports du quotidien en phase de déconfinement

Auteurs physiques : 
Date du document final : 
déc. 2020
Télécharger : 
Source bibliographique : 
Paris : Conseil général de l'environnement et du développement durable, décembre 2020.- 64 p.
Résumé : 

La mission confiée au CGEDD était un retour d’expérience de la prévision de trafic dans les grandes agglomérations françaises à partir du 11 mai 2020, date du premier déconfinement de la population durant la pandémie de Covid 19. La démarche des acteurs de terrain fut essentiellement pragmatique. Ils ont veillé à s’adapter en continu aux exigences sanitaires et à la demande de l’usager. Sur ce plan, les choses se sont globalement bien passées. Les réseaux de transport ont été globalement fluides, ce qui a eu, pour les autorités organisatrices de la mobilité, une contrepartie financière. La mission s’est attachée dans un premier temps à évaluer la pertinence des modèles de prévision de trafic utilisés à la demande du ministère des transports en vue de la reprise. Les modèles, conçus pour dimensionner de futurs services et infrastructures, fondés sur la notion de coût généralisé, avec des hypothèses correctives censées tenir compte des grands changements observés dans les comportements des citadins, même s’ils pouvaient rendre des services ponctuels, n’étaient pas adaptés au cas d’espèce. À défaut d’une modélisation lourde et forcément non reproductible en continu, la mission recommande la conception d’un modèle de poche qui mettrait en valeur les paramètres comportementaux majeurs et permettrait, à l’aune de l’observation, de prévoir grossièrement la charge des réseaux. Dans un deuxième temps, la mission s’est penchée sur l’évaluation de la pertinence des techniques d’observation du trafic à base de données massives (big data). Ces techniques pourront devenir, sinon une alternative, du moins un complément précieux. On a en ces nouvelles techniques automatisées un champ nouveau d’investigation qu’il importe d’explorer. La mission recommande de fonder un partenariat à trois entre les autorités publiques, et notamment le ministère, les sociétés spécialisées dans l’analyse des données massives et le réseau scientifique et technique (RST) du ministère. Ce partenariat offre un potentiel prometteur de compréhension des ressorts de la mobilité et de leur évolution à long terme, dont le système de transport a besoin pour s’adapter. Le troisième temps de la mission a consisté à voir si l’expérience du confinement et du déconfinement de la population avait suscité de nouveaux traits de comportement et se mettre en état de les scruter en continu à l’avenir. La mission du CGEDD a pu identifier un certain nombre de phénomènes dont l’importance, le caractère structurant et la durabilité devront être évalués au fil du temps. Les modes actifs ont connu un engouement fort et sans doute durable. La marche à pied est de loin le premier d’entre eux. Le vélo, favorisé par les facilités offertes par les villes, a lui aussi bien tiré son épingle du jeu mais il est encore loin de constituer quantitativement une alternative à la voiture. Le télétravail s’enracine dans la culture des entreprises tertiaires, mais son exercice se cherche encore, le co-working peinant à s’imposer. Au terme de ce travail en trois temps, la mission du CGEDD s’est efforcée d’esquisser les principes du cahier des charges d’un tableau de bord prospectif de la mobilité dans les grandes villes.

Thèmes : 
Lieu : 
N° d’affaire : 
013460-01